Accéder au contenu principal

L'Anglais levier contre la pauvreté.

L’anglais, levier contre la pauvreté 

 

Anna Wieczorek, membre du Rotary club de Varsovie, enseigne l'anglais à des élèves du primaire.
Photo : Courtesy of Anna Wieczorek
 
 
Avant l’effondrement de l’Union soviétique, le russe était la première langue étrangère enseignée dans les écoles polonaises. Mais en 1991, le gouvernement réforme son système scolaire et remplace le russe par l’anglais dans ses programmes. Vingt-trois ans plus tard, les changements sont frappants : en 2013, la Pologne se classait au huitième rang mondial pour la maîtrise de l’anglais.
Pourtant, il reste une frange de la population qui n’a pas profité du succès de cette réforme. Dans certaines régions rurales, des milliers d’élèves sont toujours en attente d’enseignants et de matériel pédagogique pour apprendre l’anglais dans des conditions optimales, ce qui constitue un sérieux handicap pour l’accès à l’emploi. C’est l’opinion d’Anna Wieczorek, membre du Rotary club de Varsovie, qui a rédigé le programme d’anglais pour les classes de primaire.
« Dans ces zones, les budgets des écoles publiques sont inférieurs à ceux des établissements situés en zones urbaines ou à ceux des écoles privées. Les rémunérations, mais aussi la formation des enseignants y sont souvent inférieures. Le niveau d’anglais des élèves est donc bien loin des normes visées », explique Anna, qui ajoute que ces enfants souffrent également d’exclusion sociale. « Il manque de confiance en eux et ne maîtrisent pas les codes de communication comme les élèves des villes qui ont accès aux technologies modernes. L’impossibilité qu’ils ont à apprendre très tôt l’anglais – mais aussi à recevoir une bonne éducation – est un frein pour leur épanouissement futur », conclut Anna.
Selon un rapport de la CASE Foundation, commandé par la délégation polonaise de l’Union européenne, une grande part de ces élèves grandit dans un environnement familial marqué par le chômage et l’alcoolisme, la rue et la délinquance étant souvent une alternative à l’école.

Des enfants heureux et motivés

Les membres du club de Varsovie, du club de Berlin-Luftbrücke et du club de Milan Nord tentent d’inverser cette tendance. Une action bénéficiant d’une subvention mondiale de 45 000 dollars soutient l’enseignement de l’anglais et d’autres langues étrangères en faveur de 1 200 élèves dans dix communautés rurales. Les clubs collaborent avec l’association Good Start, qui équipe des centres d’apprentissage en matériel, logiciels et plateformes interactives d’e-learning et qui assure également la formation des éducateurs. Chaque classe est supervisée par un membre local du Rotary.
Dotés d’ordinateurs, de tableaux interactifs, de projecteurs, d’outils en ligne et de matériel d’apprentissage, onze de ces centres sont déjà opérationnels. Les trois clubs, et le club d’Edmonton Downtown au Canada, qui s’est rattaché au projet, ont équipé 12 autres centres ces trois dernières années. Au total, ce sont 23 subventions qui ont été octroyées par la Fondation Rotary pour cette action.
Avant l’entrée en jeu des Rotariens, ces centres périscolaires étaient désertés. Aujourd’hui, les technologies modernes, les classes interactives et les animateurs, tous aussi motivés les uns que les autres, ont changé la donne. Selon Anna, les enfants sont attirés par cette forme ludique d’apprentissage.
Anna, qui écrit également des livres pour enfants, rédige le contenu des logiciels et des cours d’e-learning. « Non seulement nous enseignons l’anglais, mais nous visons également l’amélioration de leur niveau de lecture, d’écriture et de compétences informatiques », explique-t-elle. « Ils ont à leur disposition un endroit agréable où ils peuvent passer du temps après l’école. Ça change tout dans leur vie quotidienne, et ça les aide également à mieux se projeter dans l’avenir. »
D’après une étude réalisée par Education First en 2013 sur les langues étrangères, les pays dont le taux de maîtrise de l’anglais est élevé ont une économie plus florissante et leurs citoyens des revenus et une qualité de vie supérieurs. Un nombre grandissant d’entreprises exige aussi cette compétence à l’embauche. Mais à l’heure de la mondialisation, l’étude montre également que la prévalence de l’anglais dans maints domaines – professionnel, culturel et autre – en fait un marqueur de réussite.
Gerhart Ernst, membre du Rotary club de Berlin-Luftbrücke, explique que depuis la fondation de son club en 1979, les membres ont axé leurs efforts sur l’aide aux jeunes issus de milieux précaires. Particulièrement fiers de ce partenariat avec le club polonais, ils souhaitent reproduire cette action en Allemagne dans les zones d’accueil de réfugiés venant de Syrie et du Liban.
En mars, les membres du club de Varsovie ont visité l’un de ces centres pendant un cours d’anglais. « J’étais très émue de voir ces enfants heureux et motivés. Ils ont la tête pleine de rêves, loin de cette pauvreté », déclare Anna. « Et nous faisons tout ce que nous pouvons pour les aider à les réaliser. »
Actualités du Rotary
15-Jun-2015

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Echange de Fanion avec Villeneuve-lès-Avignon...

Jocelyne Breuzin, première "Femme Rotarienne" au sein de notre Club, fut aussi la marraine de notre ami Didier Giovannini, Directeur d'Enedis, qui a l'issue de sa carrière professionnelle , a rejoint sa belle région d'Avignon.  Rotarien dans l'âme, Didier n'a pas tardé à rejoindre un autre club, celui de Villeneuve-lès-Avignon. Et c'est à l'occasion de son intronisation qu'il invitait sa marraine, Jocelyne. Cette présence fut d'autant plus remarquable que ce club ne compte pas à ce jour de femmes dans ses rangs. Ce fut bien sûr, l'occasion d'un échange de fanions et c'est ainsi qu' hier soir, Jocelyne nous présentait le fanion du Club de Villeneuve-lès-Avignon.   

Bienvenue à Pascale !

Le lundi 2 avril, notre club recevait Florence Chaumette, Présidente du Club Châteauroux Doyen, Philippe Simonet, membre, et Bruno Pierry, Président du Club Châteauroux George Sand. Ce fut l'occasion de leur faire découvrir nos différentes actions et d'échanger le temps d'un dîner. Nous avons aussi sceller la fusion de nos 3 clubs (poisson d'avril !!). Cette soirée fut aussi un beau moment puisque le club a accueilli une nouvelle membre en la personne de Pascale Phal, directrice de la Banque de France à Châteauroux. Marc Dufond, son parrain a ainsi retracé son parcours et ses passions. Une belle soirée !

Remise de la voiture et des dons

Samedi avait lieu la remise du lot de notre action "Ma Voiture pour 1 €" chez notre partenaire Soli. L'heureux gagnant a pu repartir avec son lot, une FIAT 500 neuve. Ce fut l'occasion aussi de remettre les dons aux différents bénéficiaires décidés par notre club : - 4 000 € pour l'association Un cadeau, des sourires qui offre chaque année des jouets aux enfants se rendant au Centre Hospitalier de Châteauroux - 3 000 € pour l'association Tous Unis pour Ambre qui a pour but de financer une lourde opération de la petite Ambre à Barcelone - 2 100 € pour Hondi'cap Foot - 400 € pour aider à financer un fauteuil roulant plus autonome pour un petit garçon d'une famille de Coings. Ces moments montrent bien l'objectif du Rotary International, " Servir d'abord ". Encore un grand merci à l'ensemble de nos partenaires de nous faire confiance dans cette action.