Accéder au contenu principal

Visite du Barrage d'Eguzon....

Dans le cadre de notre programme annuel de visites d'Entreprises, nous étions attendus lundi soir au Barrage d'Eguzon, pour une visite de deux heures dans ce cadre exceptionnel et de nuit.

L'organisation de cette visite a été facilitée par notre Ami Didier Giovannini.
 
C’est sous la houlette de Philippe Moreau, responsable du groupement du barrage hydroélectrique d’Éguzon (groupement comprenant La Roche Bat l’Aigle, La Roche aux Moines, Chamglansard, les Chezelles et l’Age) que nous avons approché les arcanes du barrage d’Éguzon.
Situé sur la Creuse, entre les communes d'Éguzon-Chantôme et de Cuzion, le barrage d'Éguzon était le plus puissant d'Europe quand il fut mis en service en 1926.
Un peu de «  Bâtiment », tout d’abord : le barrage est de type poids curviligne (barrage poids = sensiblement aussi épais à sa base qu’il est haut, en l’occurrence : hauteur = 58 m ; épaisseur à la base = 51 m). Les matériaux utilisés pour la construction sont du béton cyclopéen = contenant des gros blocs de pierre, des moellons, des galets … Il a nécessité 221 millions de M₃ de béton.
Notre visite a débuté par la salle des turbines . L’eau rentre dans la turbine sous une grande pression et transmet son énergie aux pales solidaires du rotor. Une partie de l'énergie est transmise par le fluide sur les pales en raison du changement de pression tandis que le reste de l'énergie est extraite par la spirale qui entoure la turbine. 


 
Il faut une année pour démonter une turbine. Il est prévu, en 2017,
la rénovation de tout un groupe de production  ainsi qu’un examen
complet du barrage.


 
Éguzon peut passer d’un débit de 1 ,50 m₃ à 78 m₃ en quelques minutes. C’est pourquoi le barrage de la Roche aux Moines sert de lieu de démodulation de même que celui de la Roche Bat l’Aigle dans une moindre mesure.
La salle de commande ci-contre gère toutes le usines  du groupement. En 2017, 3 des machines seront
remplacées afin de passer au numérique.
Grâce à cette salle de commande,  l’exploitant (le technicien) peut surveiller toute l’installation et il lui est possible de faire démarrer, si nécessaire, les 6 turbines en même temps.

La météo communique ses prévisions à 6 jours, ce qui permet d’anticiper en cas d’alerte de crue et dans ce cas, une veille est établie toutes les heures afin de pouvoir établir un turbinage préventif. C’est l’exploitant qui, manuellement, doit respecter les consignes qui lui sont données. Pour l’y « entraîner », des simulateurs sont installés sur les différents sites. C’est lui encore qui doit respecter les « tarifs d’obligation d’achat » établis en fonction des heures de consommation d’électricité. 


 
Des conduites forcées amènent l’eau vers l’usine située en contrebas.
L’ouvrage comporte également une galerie longitudinale de visite et de drainage ainsi que trois galeries transversales permettant l'accès depuis l'aval et l'évacuation des fuites ainsi qu’une surveillance au « micron » près d’un éventuel mouvement du barrage.

 
Lors de la crue de 1960, l’eau est montée jusqu’à 7 cm du haut du barrage. Si elle était passée par-dessus, il y aurait eu un très gros risque de dislocation de l’ouvrage …
Les avantages de l’hydroélectricité peuvent se résumer ainsi : souplesse – rapidité – disponibilité.
Rappelons enfin que EDF est le 1er producteur européen .
La visite s’est achevée par une montée de plusieurs centaines de marches qui a permis aux plus courageux une promenade au sommet du barrage… puis il fallut bien redescendre ! 

Un grand merci à Philippe Moreau et au jeune ingénieur Mathieu, pour la qualité de leur accueil et le grand professionnalisme dont ils ont fait preuve tout au long de la visite.






 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Echange de Fanion avec Villeneuve-lès-Avignon...

Jocelyne Breuzin, première "Femme Rotarienne" au sein de notre Club, fut aussi la marraine de notre ami Didier Giovannini, Directeur d'Enedis, qui a l'issue de sa carrière professionnelle , a rejoint sa belle région d'Avignon.  Rotarien dans l'âme, Didier n'a pas tardé à rejoindre un autre club, celui de Villeneuve-lès-Avignon. Et c'est à l'occasion de son intronisation qu'il invitait sa marraine, Jocelyne. Cette présence fut d'autant plus remarquable que ce club ne compte pas à ce jour de femmes dans ses rangs. Ce fut bien sûr, l'occasion d'un échange de fanions et c'est ainsi qu' hier soir, Jocelyne nous présentait le fanion du Club de Villeneuve-lès-Avignon.   

Bienvenue à Pascale !

Le lundi 2 avril, notre club recevait Florence Chaumette, Présidente du Club Châteauroux Doyen, Philippe Simonet, membre, et Bruno Pierry, Président du Club Châteauroux George Sand. Ce fut l'occasion de leur faire découvrir nos différentes actions et d'échanger le temps d'un dîner. Nous avons aussi sceller la fusion de nos 3 clubs (poisson d'avril !!). Cette soirée fut aussi un beau moment puisque le club a accueilli une nouvelle membre en la personne de Pascale Phal, directrice de la Banque de France à Châteauroux. Marc Dufond, son parrain a ainsi retracé son parcours et ses passions. Une belle soirée !

Remise de la voiture et des dons

Samedi avait lieu la remise du lot de notre action "Ma Voiture pour 1 €" chez notre partenaire Soli. L'heureux gagnant a pu repartir avec son lot, une FIAT 500 neuve. Ce fut l'occasion aussi de remettre les dons aux différents bénéficiaires décidés par notre club : - 4 000 € pour l'association Un cadeau, des sourires qui offre chaque année des jouets aux enfants se rendant au Centre Hospitalier de Châteauroux - 3 000 € pour l'association Tous Unis pour Ambre qui a pour but de financer une lourde opération de la petite Ambre à Barcelone - 2 100 € pour Hondi'cap Foot - 400 € pour aider à financer un fauteuil roulant plus autonome pour un petit garçon d'une famille de Coings. Ces moments montrent bien l'objectif du Rotary International, " Servir d'abord ". Encore un grand merci à l'ensemble de nos partenaires de nous faire confiance dans cette action.