jeudi 10 novembre 2016


Lundi dernier, notre Club accueillait le Docteur Ferrandis pour une conférence sur la Marine Napoléonienne . Il sut capter l'attention et l'intérêt des membres présents en particulier par l'évocation de nombreuses anecdotes.

Nous lui adressons nos plus vifs remerciements.





 



Conférence du Dr FERRANDIS : La marine impériale est un rêve de puissance articulée autour d’un grand dessein :                 « envahir l’Angleterre ».

Mais la révolution a décapité, au sens propre comme  au sens figuré, l’élite qui œuvrait sous Louis XVI qui  avait fait un grand effort de modernisation de sa  marine.


  On assiste donc à une perte des  connaissances des officiers. De plus, l’armement  n’est pas à la hauteur : alors que les Français tiraient  un boulet toutes les 8mn , il n’en fallait que 3 aux Anglais.

 La qualité du recrutement aussi laisse à désirer : tous les  départements étaient « fournisseurs » mais quelle est  la compétence d’un berger ou d’un cocher sur un navire ? Quant au rapport du nombre de vaisseaux, il est  de 3 pour 1 en faveur des Anglais et idem pour le financement. 

On ne peut cependant pas enlever à Napoléon son intérêt pour les questions maritimes : n’a-t-il pas créer de nouveaux arsenaux (La Spezia, Venise et surtout Anvers), les Préfectures maritimes, organiser les équipages … Cependant l’impéritie de ses officiers de marine va assombrir l’étoile de l’Empereur.

 Parmi les batailles livrées par la marine napoléonienne, citons quelques victoires (plutôt mineures) : Algesiras (1801), Boulogne, Quinze-vingt (ou bataille du Finistère - 1805), Grand-Port (aujourd’hui  Île Maurice – 1810)… Et de véritables désastres : Aboukir (1798) et surtout la trop fameuse bataille de Trafalgar.

 Le bilan de cette dernière parle de lui-même : 

Coté Anglais  0 vaisseau perdu                     Coté Français 17 vaisseaux perdus
                       149 morts                                                       3449 morts
                       1214 blessés                                                   1338 blessés
                                                                                               2200 prisonniers

Après Trafalgar, Napoléon va reconstruire sa flotte mais les bâtiments resteront au port et les équipages ne seront pas vraiment plus performants.
 









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire