mercredi 9 mars 2016

Conférence de Françoise Ménétrey Visiteuse de prison

L'univers carcéral présenté par Françoise Ménétrey

 
Visiteuse de prison depuis 2010, Madame Ménétrey se propose de nous dire quelques mots sur l’univers carcéral castelroussin et sur le rôle que jouent les visiteurs de prisons.

La population carcéral des deux établissements de Châteauroux (les Craquelins et la centrale de St Maur) est de 700 détenus -pas de surpopulation carcérale.
Les établissements pénitentiaires relèvent, bien entendu, du domaine public mais certains partenariats font intervenir des organismes privés, entre autre, le GEPSA qui peut assurer les prestations de maintenance immobilière et technique, de nettoyage, d’entretien des espaces verts, de gestion des énergies,
de restauration, de transport, d’accueil, d’organisation du travail en détention, de formation professionnelle et de prise en charge socioprofessionnelle des personnes détenues.

 
En partenariat étroit avec les différentes Directions
de l’Administration Pénitentiaire et le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation, GEPSA met en place différentes actions visant à rapprocher la  personne détenue du marché de l’emploi. 
 A ce titre, le GEPSA développe des emplois en détention, des dispositifs de formation afin de doter le détenu de compétences techniques et sociales adaptées aux bassins d’emploi .
Ce qui amène l’Administration pénitentiaire à s’occuper quasi exclusivement de la surveillance et de la gestion des peines.
Il existe par ailleurs, depuis 1995 un accord entre l’Administration pénitentiaire, l’Éducation Nationale et le Ministère de la Santé.
Dans un autre domaine, chacun des 2 établissements de notre département bénéficie de très bonnes bibliothèques et, chaque mois, un bibliothécaire vient présenter des livres aux détenus.

La loi DATI (2009) , reprenant les directives européennes, a accordé certains droits aux détenus – par exemple la possibilité de porter plainte contre l’administration s’il s’avère que certains aspects de la vie pénitentiaire ne sont pas conformes aux directives européennes. D’ailleurs, le Contrôleur Général des droits de privation de liberté est, en ce moment, à l’œuvre à St Maur.
Il est possible pour un détenu passant en Conseil de Discipline de se faire assister d’un avocat .
Les punitions : si l’isolement est relativement « supportable », par contre le « mitard » ne doit pas dépasser une vingtaine de jours.

Les visiteurs de prison existent depuis 1927. Dans un premier temps, cette fonction  était dévolue à des religieux puis à des laïcs de la Congrégation de St Vincent de Paul.

  C’est le détenu qui fait une demande pour bénéficier
d’un visiteur. Ceux-ci sont, tout à la fois, partenaires de l’Administration et très proches des détenus. D’où, quelquefois, la naissance de certaines frictions ….Les entretiens, dont la confidentialité est de mise, durent environ 1 heure, par semaine ou quinzaine. Le principe de base des échanges entre le visiteur et le « visité »est de dissocier la personne de la peine qu’elle poursuit.
 
Pour les 700 détenus des établissements départementaux, il y a 15 visiteurs qui, en principe, s’occupent chacun de 5 personnes.


Les questions qui ont suivi témoignent de l’intérêt ressenti par le témoignage de Françoise Ménétrey.

--------------





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire